S.P.R.O. - SIREUIL
S.P.R.O. - SIREUIL

 

 

Les Perroquets

 

Ce sont des oiseaux grimpeurs des forêts tropicales, au plumage coloré et au bec épais et crochu, de l’ordre des Psittaciformes et de la famille des Psittacidés.

La famille des psittacidés ou perroquets regroupe 364 espèces dont la taille oscille entre 8 centimètres pour un poids de 10 grammes chez le micropsitte pygmée (Micropsitta keiensis) et 1 mètre pour 1,7 kilogramme chez l'ara hyacinthe (Anodorhynchus hyacinthinus).

Avec l'ara Macao, près de 340 espèces de perroquets, perruches et cacatoès sont réunis dans l'ordre des psittaciformes. Tous les oiseaux de ce groupe présentent une grande homogénéité entre eux et ont en commun de nombreux caractères uniques, notamment la position zygodactile des doigts (doigts opposés) et le bec puissant à mandibule supérieure mobile vers le haut, la mandibule inférieure étant toujours mobile d'avant en arrière et latéralement.

Présents sur tous les continents, sauf en Europe, dont ils ont disparu, les psittaciformes sont particulièrement nombreux sous les tropiques et dans l'hémisphère Sud. Les perroquets d'Amérique, aussi appelés perroquets du Nouveau Monde, représentent quelque 110 espèces, qui ne vivent que sur ce continent. Ils sont réunis en 3 groupes : les aras, les amazones et certaines perruches.

Tous ces oiseaux présentent des caractères communs : un bec puissant, crochu et tranchant, qui permet de casser les graines les plus dures ; des pattes préhensiles et agiles dites zygodactyles, c'est-à-dire dont deux doigts sont dirigés vers l'avant et les deux autres vers l'arrière formant ainsi une pince puissante pour grimper aux arbres et maintenir des objets ; une langue épaisse et cornée sauf chez les loris où elle est frangée pour recueillir le nectar des fleurs. Les cacatoès se reconnaissent à leur crête de plumes érectile. Certains aras, comme l'ara hyacinthe, ont une queue aussi longue que leur corps. Les plumages sont des plus variés : à dominante verte pour passer inaperçu dans la canopée, notamment chez les amazones, aux couleurs mélangées les plus flamboyantes (bleu, rouge, jaune) chez les aras ou les loris. Les cacatoès sont généralement blancs, comme le cacatoès à huppe jaune (Cacatua galerita), ou noir, comme le cacatoès funèbre (Calyptorhynchus funereus). Si chez certaines espèces, comme les aras, il n'y a aucun dichromatisme sexuel (dimorphisme lié à la couleur), chez d'autres, il est très prononcé ; c'est le cas du grand éclectus (Eclectus roratus) où le mâle au plumage vert et la femelle au plumage rouge ont longtemps été considérés comme deux espèces différentes.

 

Perroquets Américains


Les amazones

 

amazone aestiva aestiva

 

L'Amazone à front bleu (amazona aestiva)

L'oiseau mesure entre 35 et 37 cm (soit un peu plus que la moyenne au sein du genre Amazona) pour un poids de 450 g, qui peut vivre 40 ans (jusqu'à 80 ans en captivité). Son habitat naturel se situe en Amérique du Sud du Brésil au Paraguay et de la Bolivie à l'Argentine.

C'est un oiseau trapu à plumage vert écaillé de jaune sur les parties ventrales. La zone autour des yeux est jaune et le front bleu pâle. Les épaules sont rouges ainsi que les miroirs alaires à la base des cinq premières rémiges secondaires. Les rémiges primaires sont bleu violet. La queue est verte nuancée de jaune. Les yeux sont entourés de peau claire avec des iris foncés cerclés d’orange. Cet oiseau dispose d’un bec robuste gris foncé (presque noir), tout comme la cire et les pattes.

Les jeunes ressemblent aux adultes mais ont les couleurs faciales bleues et jaunes presque absentes ou très nuancées ainsi que les iris châtains. Les jeunes obtiennent leur couleur définitive à la maturité sexuelle vers l'âge de 3 à 4 ans.

Il n'existe aucun dimorphisme sexuel visible. La seule façon est le sexage par ADN ou endoscopie.

amazone aestiva xanthopteryx

L'Amazone à front bleu (amazona aestiva) est représentée par deux sous-espèces :

           aestiva du Brésil ;

           xanthopteryx connue sous le nom d’Amazone à front bleu du Paraguay ou d'Amazone à ailes jaunes, identique à la forme précédente à la seule différence que le jaune (plus étendu) et le rouge des épaules et le bleu de la face sont plus marqués.

Ce perroquet est généralement doux et très joueur, mais versatile. Pour conserver longtemps un perroquet en bonne santé physique et psychologique, de nombreuses informations doivent être acquises. Ce sont des animaux qui nécessitent aussi un assez grand investissement de son temps. La cohabitation avec d'autres espèces est impossible, elle finit toujours pas la mort du plus faible. A moins d'avoir une volière très spacieuse (10m x 5m !!). Même si une cohabitation semble bien se passer pendant longtemps, si un couple décide de se reproduire, tout peut basculer d'un jour à l'autre en volière de taille modeste.

Cette espèce peut se montrer très bruyante le matin au lever du soleil et le soir avant le coucher du soleil.

La reproduction commence en général vers fin mars début mai. Le mâle devient alors très nerveux et peu se montrer très agressif envers sont soigneur. La femelle pond de 3 à 5 œufs qu'elle couve seule pendant 25-26 jours. Le mâle nourrit sa femelle au nid. Quand les petits naissent le mâle participe au nourrissage. Les jeunes sont sevrés vers l’âge de 3 mois.

 

L’amazone à front blanc (amazona albifrons)

 

Aussi appelé amazone à lunettes à cause de la coloration de sa tête (masque). Cette espèce est originaire du Guatemala, du Costa Rica et du Sud du Mexique.

C’est le plus petit des amazones. Il peut pourtant être très bruyant. Beaucoup de tempérament. Fait agaçant, il a tendance à mordre (de légèrement à fort) le doigt ou la main avant de monter. Pas très bon parleur, mais peut faire quelques phrases. Ce n’est pas un très bon parleur, mais il peut dire quelques mots. Très actif, il est démonstratif et amusant.

L’amazone à front blanc a un plumage vert sur le corps avec le front allant du blanc au crème chez certains oiseaux ;  une calotte bleue sur le haut de la tête ; le pourtour de l’œil et certaines primaires sont rouges ; certaines primaires peuvent aussi être bleues comme les plumes secondaires ; la queue est vert jaunâtre avec l’extrémité pouvant être rouge ; la peau autour de l’œil est grise et l’iris va du jaune pâle à l’orange ; les pattes sont grises. Le mâle a les plumes à l’extrémité de l’aile juste au-dessus des couvertures secondaires et couvertures primaires rouges. Le mâle a aussi plus de rouge autour des yeux. La femelle a les plumes à l’extrémité de l’aile juste au-dessus des couvertures secondaires et couvertures primaires vertes.

Les jeunes n’ont pas de rouge aux ailes et ont quelques plumes jaunâtres sur le front ; l’iris est noir.

L’amazone à front blanc reproduit assez facilement en grande volière, les couples doivent être isolés pour la reproduction ; elle commence en mai habituellement mais parfois plus tôt si ils sont élevés à l’intérieur. Ils sont particulièrement bruyants juste avant et pendant la reproduction ; Une boite-nichoir de 25 x 25 x 50 centimètres  avec le trou d’entrée de 6 centimètres leur conviendra. La femelle pond 3-4 œufs et l’incubation dure 26 jours.

Les jeunes s’envolent 7  à 8 semaines après la naissance.

Attention ils sont souvent agressifs avec l’éleveur pendant la période de reproduction.

Il se nourrit d’un mélange de graines de tournesol, carthame, blé, avoines, graine de canari et plusieurs millets, sans oublier une grande variétés de fruits et légumes, surtout figue, banane, pêche et pomme ; maïs à moitié mûr ;  pissenlit, etc. suppléments minéraux réguliers.

 

Les aras

 

L'Ara chloroptère ou Ara à ailes vertes

 

L'Ara chloroptère ou Ara à ailes vertes (Ara chloroptera) est un grand Psittacidae néo tropical souvent confondu avec l'Ara Macao.

Cet oiseau vit au Panama, en Colombie, au Venezuela, en Bolivie, au Brésil (Paraná et Mato Grosso), le sud du Mexique, le Paraguay et en Argentine (dans le nord du pays). L'Ara chloroptère vit de manière diurne, à basse et moyenne altitude dans les forêts tropicales en particulier le long des fleuves. L'Ara chloroptère mesure jusqu'à 95 centimètres de longueur et pèse jusqu'à 1,5 kg. Il a un corps robuste et trapu, une longue queue, une grande tête rouge avec des joues dont la peau blanche et nue est striée et tachée de rouge. Les plumes du corps et de la queue sont également rouges avec des traces jaunes vers le bas du ventre et quelques rectrices bleues. Les rémiges sont aussi de cette couleur tandis que les couvertures alaires sont vertes (d'où le nom spécifique de cet oiseau). Le bec est massif avec la mandibule supérieure rose chair et l'inférieure noire. Les pattes sont gris foncé et les iris noirs bordés de clair. Ses cris sont stridents.

Il s'agit d'un oiseau granivore et frugivore.

L'Ara chloroptère niche dans le creux des arbres. La femelle pond deux œufs qu'elle couve pendant 27 jours environ. Les jeunes s'envolent à l'âge de trois mois mais ne deviennent indépendants qu'entre quatre et six mois. Ces animaux forment des couples fidèles toute leur vie.

La saison de reproduction varie suivant le lieu géographique.

Les couples sont en général monogames et restent ensemble pour la vie.

L’ara chloroptère nidifie soit dans un trou d’arbre, soit dans la façade des falaises, selon les disponibilités des lieux.

Quand il nidifie dans les falaises sableuses, le tunnel de nidification peut mesurer jusqu’à deux mètres de profondeur, et plusieurs ramifications le rejoignent. Ces autres tunnels semblent être utilisés pour la protection du nid et contre les violentes chutes de pluie. Il peut aussi utiliser des cavités naturelles placées haut dans les falaises.

La femelle dépose deux à trois œufs blancs. L’incubation dure environ 23 à 27 jours. Les jeunes sont emplumés au bout de douze semaines après la naissance. Ils restent avec les parents encore quelques semaines. Les deux sexes élèvent les jeunes et partagent les tâches liées à la nidification.

Dans la vie sauvage, l’ara chloroptère ne se reproduit pas tous les ans, et le succès des reproductions est bas. Les maladies et la prédation sont des menaces importantes pour les jeunes.  L’ara chloroptère se nourrit de graines, noix de palmiers, fruits, fleurs et feuilles. Il a besoin de boire régulièrement malgré les fruits juteux qu’il consomme. Il avale aussi des sels minéraux sur les falaises argileuses.

L’ara Macao, ou ara rouge

 

L’ara Macao, ou ara rouge, est l’oiseau national du Honduras. Chez cette espèce, les deux sexes sont semblables et présentent un plumage majoritairement rouge, excepté les ailes, aux teintes jaunes, vertes et bleues et le croupion, de couleur bleu clair. La face, nue, est blanche, mais prend une nuance rosâtre durant la période de reproduction. Le bec, puissant et crochu, est noir, mis à part la mandibule supérieure de couleur corne. Les yeux sont jaune pâle et les pattes, dont les doigts sont « zygodactyles » (deux vers l’avant et deux en arrière), sont noirâtres. Les jeunes se distinguent par une queue plus courte et des yeux plus foncés.

Cet oiseau est grégaire, il vit en famille ou en groupes pouvant compter jusqu'à une vingtaine d'individus. Néanmoins, de grands rassemblements peuvent se tenir lorsque les ressources alimentaires sont abondantes.

L'ara Macao est également arboricole et sédentaire. Il vit et se nourrit généralement dans la canopée, en dessous de 500 m d’altitude, ce qui ne l'empêche pas d'accomplir de courtes migrations lorsque la nourriture commence à manquer. Tôt le matin et tard le soir, il se déplace entre son lieu de repos et son site de nourrissage. La nuit, il dort dans des dortoirs communs, à la cime des arbres. Timide et méfiant, il s’envole en criant s’il est dérangé.

La saison de reproduction de l’ara Macao est variable selon les régions, mais elle se situe le plus souvent entre octobre et mars. L’espèce est monogame et les couples se forment à vie. Ils nidifient dans de larges cavités, à l’intérieur de grands arbres, dans la partie haute de la canopée des forêts pluviales. Cette espèce produit environ une couvée tous les deux ans. L’incubation est assurée principalement par la femelle. Les jeunes sont nourris par les deux adultes, par régurgitation de nourriture. Ils quittent le nid après un peu moins de quatre mois, mais restent avec leurs parents pendant un à deux ans avant de prendre définitivement leur envol.

 

L’ara d’Illiger

 

L'Ara d'Illiger (Primolius maracana) auparavant placé dans les genres Ara et Propyrrhura, est une espèce de perroquet de la sous-famille des Psittacinae au plumage à dominante verte.

Cet oiseau vit dans les forêts primaires et les forêts galeries longeant les fleuves du centre-ouest de l'Amérique du Sud où il est assez menacé. Assez commun jusqu'en 1970, il décline rapidement ensuite sans que la destruction de son habitat puisse être considérée comme la seule cause. En captivité, les Aras d'Illiger sont à la fois très vifs et très affectueux (certains assez possessif). Ils atteignent leur maturité vers 5 ans. Ils sont considérés comme moyennement bruyants mais ont par contre une tendance à réaliser des dégâts car ils sont constamment à la recherche d'objets à mâcher. Ils nécessitent donc une surveillance. Leur espérance de vie est de l'ordre de 50 ans (60 ans en captivité).

Cette espèce présente un plumage vert rehaussé par une couronne bleu ciel, le front est rouge ainsi que le ventre. Sa face nue est blanche, son bec noir, les yeux sont brun-roux et les pattes jaunâtres.

Cet oiseau mesure près de 46 cm et ne présente aucun dimorphisme sexuel. La femelle pond entre 2 et 3 œufs dans une cavité d'arbre et la durée d'incubation dure environ 26 à 28 jours. Les jeunes apprennent à voler une dizaine de semaines après l'éclosion et restent une année avec les parents.

Les caïques

Quel plus grand plaisir que de voir évoluer ces petits clowns ! Ces petits perroquets sont originaires d’Amérique du Sud, plus concrètement d’une large zone répartie entre le Vénézuela, le Pérou, l’Equateur, la Colombie et le Brésil.

Cet oiseau mesure 23cm et pèse 130 à 170gr. C’est un oiseau robuste à la queue courte et carrée, avec un cercle péri-ophtalmique déplumé. Il n’y a pas de dimorphisme sexuel. Il peut vivre jusqu’à 40 ans.

Ces oiseaux sont en annexe B. Parmi les 15 espèces de caïques, 2 espèces de caïques sont plus courantes dans nos élevages :

-       - Le caïque à tête pêche (pionites leucogaster), qui comporte 3 sous-espèces.

-       - Le caïque à tête noire (pionites melanocephala) qui comporte 2 sous-espèces.

Il n’est pas réputé criard, mais peut devenir très bruyant s’il manque d’attention ou s’ennuie. Plus généralement, il émet un petit sifflement mélancolique qui ne laisse personne indifférent.

Le caïque n’a pas un tempérament égal, mais plutôt changeant. S’il est contrarié ou s’il n’aime pas quelqu’un, il peut très vite devenir agressif ; en revanche, c’est un oiseau intelligent qui demande beaucoup d’interactions. C’est également un oiseau assez clownesque et acrobatique, ce qui le rend très enthousiaste et volontaire.

Le caïque se nourrit de graines et est particulièrement friand de fruits (pomme golden toute l’année, fraise, framboise, banane, orange, poire, raisin, papaye, mangue et melon) et de toutes sortes et de légumes (carotte, choux et plus particulièrement le brocoli, des branches de céleri, du poivron rouge, du poivron vert, de la betterave crue).

Le caïque maïpouri

 

Le caïque maïpouri (Pionites melanocephala melanocephala) appelé également caïque à tête noire (à ne pas confondre avec le caïque à tête noire - Pyrilia caica) est très courant et populaire dans beaucoup de pays en élevage ou compagnie, mais en France il est sous arrêté de Guyane. (C.C. n° 77039). Facilement reconnaissable grâce à son masque de « Zorro »!

Un deuxième à tête noire est le Pionite melanocephala pallida, avec la poitine et l'abdomen plus blancs et le manteau et l'arrière du cou plus clairs, mais beaucoup plus rare et peu rencontré en élevage.

Le caïque se nourrit de graines et est particulièrement friand de fruits et de toutes sortes et de légumes (Très important !). Le mélange de graines est composé de 50% de « mélange pour perroquets » et 50 % de « mélange pour grandes perruches ». Il faudra veiller à ce que ce dernier mélange contienne bien des graines de cardi, du sarrasin et de l’avoine pelée.

Depuis l’arrêté du 10 août 2004 il est possible de détenir des espèces dites « de l’arrêté de Guyane » comme en particulier le Pionites melanocephala, à condition d’en faire la demande auprès des DSV et d’obtenir une Autorisation de Détention Provisoire.

Le caïque à tête de pêche et à cuisses jaunes

 

Le caïque à tête orange (cuisses jaunes) ou Pionites leucogaster xanthoméria, le plus courant en élevage.  

Cet oiseau mesure environ 23 cm de long, soit la même taille que le Caïque maïpouri mais il paraît plus petit en raison de sa silhouette plus élancée. Il arbore une calotte orangée qui descend jusqu'au niveau des yeux et sur la nuque. Les joues, le cou et le dessous de la queue sont jaunes. La poitrine et le ventre sont blancs. Le dos et les ailes sont verts. Les culottes et le dessus de la queue sont jaunes. Les cercles oculaires et le bec sont roses, les iris orange et les pattes grises.

Les juvéniles ont le bec gris, des marques brunâtre sur la tête et les couleurs générales plus pâles.

 Encore moins fréquent : le Pionites leucogaster xanthurus comme le xanthomeria, mais avec la queue jaune.  

Le caïque à tête de pêche et à cuisses vertes

 

Le caïque à cuisses vertes ou Pionites leucogaster leucogaster, beaucoup moins présent chez les éleveurs. Cet oiseau mesure également environ 23 cm de long. Il arbore une calotte orangée qui descend jusqu'au niveau des yeux et sur la nuque. Les joues, le cou et le dessous de la queue sont jaunes. La poitrine et le ventre sont blancs. Le dos et les ailes sont verts. Les culottes et le dessus de la queue sont verts. Les cercles oculaires et le bec sont roses, les iris orange et les pattes grises. 

Les caïques de l'espèce des Pyrilias

Le caïque de Barraband (Pyrilia barrabandi)

Cet oiseau peuple une partie de l'Amérique du Sud (Bolivie, Brésil, Colombie, Équateur, Pérou et Venezuela).

Le caïque de Barraband mesure 25 cm et pèse environ 140 grammes.

Son habitat : forêt humide de plaine, varzea.

Classé "espèce menacée", inexistant dans nos élevages.

Le caïque de Bonaparte (Pyrilia pyrilia)

Cette espèce est proche du Caïque de Barraband. Elle s'en distingue par des couleurs plus ternes, une calotte jaune safran et des zones auriculaires orange. Il mesure 24 cm et pèse 100 grammes.

Les juvéniles ont la calotte et la nuque vertes.

Son habitat :  les forêts humides jusqu'à 1 650 m d'altitude du Panama (sud), Colombie (Nord), Venezuela (nord ouest).

 

 

Le caïque à capuchon (Pyrilia haermatotis)

Cet oiseau mesure environ 21 cm de long. Il ressemble beaucoup au mâle du Caïque à joues roses.

Cette espèce ne présente pas de dimorphisme sexuel.

Ce caïque vit dans les forêts humides de plaine, montagneuses humides d'Amérique centrale (Mexique, Panama, Colombie, Costa Rica).

 

Le caïque à joues roses (Pyrilia pulchra)

Cet oiseau vit jusqu'à 2 100 m d'altitude dans les forêts secondaires, dans les forêts-galeries et les forêts littorales de Colombie et d'Equateur. Il mesure environ 23 cm de long. Il présente un plumage à dominante verte avec des épaulettes rouges et jaunes et des marques de mêmes couleurs assez étendues sur le dessous des ailes. Les rémiges sont bleues.

Cette espèce présente un net dimorphisme sexuel. Le mâle a la tête, le cou et la poitrine marron tandis qu'une coloration rose se remarque au niveau de la calotte et des zones périoculaires et périauriculaires. La femelle a la tête verte avec une marque rose entre les yeux et les zones auriculaires tandis que les joues, la gorge et le haut de la poitrine sont teintés de brun.

Le caïque à tête noire (Pyrilia caica)

Ce caïque a la tête noire, le plumage vert écaillé de marron, avec un collier orange brun doré qui s'étend de la nuque jusqu'à la poitrine. Il mesure 23 cm et pèse 121 à 143 grammes.

Les rémiges et les extrémités des rectrices sont noires. Les cercles oculaires sont clairs et les iris jaunes. Le bec et les pattes sont grisâtres.

Cette espèce ne présente pas de dimorphisme sexuel.

Les juvéniles présentent une tête verte avec un collier à peine visible.

Son Habitat : forêts-galeries, forêts ouvertes du sud-est du Venezuela, de Guyane et d'Amazonie brésilienne (nord).

Le caïque vautourin (Pyrilia vulturina)

Cet oiseau mesure environ 23 cm de long. Il a la tête légèrement aplatie et le bec un peu allongé qui le font ressembler à un vautour d'où ses noms spécifiques scientifique et vernaculaire.

Son plumage présente une dominante verte. La tête et les joues sont brun noir avec une calotte jaune doré. La nuque, le cou et le haut de la poitrine sont or écaillé de noir. Une bande rouge orne chaque épaule et gagne le dessous des ailes. Celles-ci sont vertes et bleues avec les rémiges noires. Les culottes et le dessous de la queue sont teintés de jaune tandis que les extrémités des rectrices sont noires. Les iris sont orange et le bec jaunâtre nuancé de noir à la pointe. Les pattes sont grises.

Cette espèce ne présente pas de dimorphisme sexuel.

 

 

Perroquets africains

 


Perroquet gris du Gabon (Psittacus crithacus crithacus)

Ce perroquet provient d’Afrique occidentale (Côte d’Ivoire, Kenya, Congo, Angola, Tanzanie, région du Kilimandjaro) et se nourrit de graines dans les forêts et les plantations.

Il pèse 360 à 530 grammes pour une taille de 30 à 35 cm pour le perroquet gris de Timneh, 35 à 42 pour le Gris du Gabon. Il peut vivre jusqu'à 50 ans.

Cet oiseau est représenté par deux sous-espèces :

-       Psittacus erithacus erithacus Linnaeus,

-       -   Psittacus erithacus Timneh Fraser.

Le plumage est gris clair avec des variations plus ou moins foncées selon l’origine de l’oiseau. La zone faciale est nue de couleur blanche. Les grandes rémiges sont noires, la queue est rouge vermillon. Le bec est noir, l’iris est jaune et les pattes sont grises.

Les jeunes sont identiques aux adultes sauf la queue qui est rouge avec la pointe marron. L’iris est noir les premiers mois, puis gris bleuté et devient jaune avec l'âge.

La maturité sexuelle apparaît vers l'âge de 3 à 6 ans. Les femelles pondent de 2 à 4 œufs qui éclosent 28 à 30 jours plus tard. Les jeunes prennent leur indépendance vers l'âge de 3 mois. Il était déjà un oiseau de compagnie dans la Rome antique. C'est le meilleur parleur des perroquets et le plus vendu en France.

Le gris de Timneh arbore un plumage également gris mais beaucoup plus foncé avec la queue marron, lie de vin.

La femelle du Timneh pond de deux à cinq œufs qui éclosent après 28 jours. Celle du Gabon 3 à 4 œufs dont l'éclosion a lieu après 30 jours.

 

Le perroquet gris de Timneh

(Psittacus erithacus Timneh Fraser)

 

 

 

 

Le perroquet gris de Timneh arbore un plumage également gris mais beaucoup plus foncé avec la queue marron, lie de vin.

La femelle du Timneh pond de deux à cinq œufs qui éclosent après 28 jours. Celle du Gabon 3 à 4 œufs dont l'éclosion a lieu après 30 jours.

 

Le Youyou du Sénégal

youyou à ventre jaune

Ce perroquet. Il pèse 120 à 150 grammes pour une taille de 23 à 25 cm et peut vivre 20 à 30 ans.

Le Perroquet youyou (Poicephalus senegalus) est une petite espèce de perroquet (20 à 26 cm) africain appartenant au genre Poicephalus, aussi appelé Youyou du Sénégal, est originaire d'Afrique occidentale. Son plumage est très coloré. La tête est grise (les joues souvent argentées), le corps est vert, les ailes et la queue plus ternes et le ventre jaune, orange ou rouge, selon les trois sous-espèces différentes :

    Poicephalus s. senegalus à ventre jaune, le plus répandu ;

    Poicephalus s. mesotypus à ventre orange ;

    Poicephalus s. versteri à ventre rouge.

 

Les hybrides entre les sous-espèces sont aussi assez fréquents.

 

Bien que seul le test d'ADN soit fiable à 100 %, on peut parfois différencier le mâle de la femelle en regardant bien la couleur du dessous de la queue :

 

-       entièrement jaune : un mâle,

-       entièrement vert, vert et jaune : une femelle.

youyou à ventre orange

 

Bien qu'originaire du centre-ouest de l'Afrique dans la bande sub-saharienne s'étendant du Sénégal au Tchad1, le Perroquet youyou donne lieu à des observations de plus en plus fréquentes à Bruxelles (Belgique) où il n'est pas impossible que l'espèce finisse par s'implanter en tant que nicheuse.

La maturité sexuelle est assez tardive : elle apparaît vers l'âge de 2 à 4 ans et sa période de reproduction coïncide avec la fin de la grande saison des pluies qui s'étend de septembre à novembre. Cet oiseau construit généralement son nid dans la cavité d'un baobab. La femelle pond 2 ou 3 œufs qu'elle couve pendant 28 jours. Les jeunes quittent le nid entre 9 et 10 semaines. En captivité, ce sont des petits perroquets drôles, affectueux et attachants s'ils ont été élevés à la main et bien sociabilisés. Très sélectifs, ils ont tendance à choisir un seul compagnon dans la famille et devenir agressifs envers les autres membres.

La reproduction est assez facile mais peu pratiquée en raison de la présence trop fréquente d'oiseaux solitaires ou d'origine sauvage.

 

Le perroquet de Meyer

 

Le Perroquet de Meyer est originaire d'Afrique centrale et d'Afrique orientale. On le rencontre du Tchad jusqu'à l'ouest de l'Ethiopie. Il a élu domicile dans les forêts boisés et humides de ces régions, tout près des cours d'eau. Compte tenu de son origine, il n'aime guère le gel et le froid, et les températures inférieures à 5°C constituent une réelle menace pour sa survie. Il faut en tenir compte si on veut en élever en captivité.

 Il en existe plusieurs sous-espèces que l'on distingue par la présence plus ou moins prononcée de jaune sur leur couronne et leurs ailes et la couleur de leur ventre :

- Poicephalus meyeri meyeri (un peu de jaune sur la tête et un ventre qui tire sur le turquoise)

- Poicephalus meyeri saturatus (du jaune sur la tête et un ventre vert)

- Poicephalus meyeri trasvaalensis (du jaune sur la tête et un ventre verdâtre)

- Poicephalus meyeri matschiei (du jaune sur la tête et un ventre bleu vif)

- Poicephalus meyeri damarensis (pas de jaune sur la tête et ventre turquoise)

- Poicephalus meyeri reichenowi (pas de jaune sur la tête et ventre turquoise)

Le plumage est gris brun, strié de jaune au niveau de la couronne. Le bas de la poitrine le dessous de la queue et le croupion sont d'un doux vert bleuté. Les cuisses sont jaunes ainsi que le pli des ailes. Le dessous des ailes est gris teinté de jaune et la queue brune. Son bec est gris foncé, avec des cires brunes et dénudées. Le sexage est possible à l'œil nu pour une personne expérimentée, car la tête du mâle est légèrement plus plate sur le dessus, plus large, et son bec est plus gros que celui de la femelle. Mais en général, un test ADN est pratiqué par sécurité.

Le Perroquet de Meyer est un oiseau très curieux. Malgré le fait qu'il soit très social, il est aussi très indépendant de sa famille. Il n'est pas du tout agressif et est d'une nature à la fois calme et douce. C’est un animal très attachant.

Bien que le Perroquet de Meyer soit très peureux, il se montre très confiant et s'adapte facilement dès qu'il est apprivoisé. Mais encore, son cri est plutôt lourd par rapport à sa taille. Il est assez bruyant en captivité si dans la nature il est plutôt timide.

Pour lui permettre de se reproduire en captivité, il faut attendre que le couple ait trois ou quatre ans. La reproduction sous nos latitudes a lieu en hiver. La femelle pond trois ou quatre œufs, à deux jours d'intervalle. Elle commence à couver dès le second, pour une durée de 26 à 27 jours. Neuf jours après leur naissance, les petits quittent le nid. Ils sont sevrés au bout de douze ou treize semaines. Ils n'auront leur plumage d'adulte qu'à partir de 18 mois.

Le perroquet de Meyer mange des noix, des baies, des fruits, des graines et même des larves d'insectes. C'est donc un perroquet à la fois végétarien et insectivore. En cage, il apprécie également les nourritures de mélange perroquet disponibles en commerce. Durant l'hiver, un peu de matière grasse lui est nécessaire ainsi qu'en période de reproduction.

 

 

Les perroquets australiens

 


 

Le cacatoès à huppe jaune

 

 

Le Cacatoès à huppe jaune (Cacatua galerita) est un oiseau de l'ordre des psittaciformes et de la famille des psittacidés. Le cacatoès à huppe jaune vit surtout en Australie : sur la partie Nord et Est du continent et en Tasmanie ainsi qu'en Nouvelle-Guinée et dans les îles Aru.

Animaux de compagnie, un certain nombre d'entre eux se sont échappés et ont créé des colonies accidentelles autour de Perth, en Australie-Occidentale, en Nouvelle-Zélande et en Indonésie.

C'est l'un des plus grands et des plus répandus cacatoès australiens. Il est fréquemment recherché comme animal de compagnie en et hors d'Australie. Mais, en liberté, il est souvent abattu et empoisonné car considéré comme nuisible. En effet, en bandes ou solitaires, il peut s'attaquer aux récoltes de céréales et de fruits, aussi bien qu'à du bois comme les arbres, les abris de jardins et les maisons en bois. Mais il faut pour les détruire une autorisation du gouvernement australien car ce sont des animaux protégés.

C'est un animal mesurant 45 à 50 cm de longueur et pesant 800 à 900 g. Son plumage est blanc, avec une grande huppe érectile orientée vers l'arrière au repos, d'un jaune soutenu. Chez les adultes de la race nominale, les couvertures auriculaires, les bases des plumes de la gorge et des joues sont infiltrées de jaune pâle.

Comme son nom l'indique bien, la crête, formée de 6 plumes érectiles légèrement orientées vers l'avant, est jaune. Le dessous des ailes et de la queue son teintés de jaune pâle. L'anneau qui entoure l'œil affiche une couleur blanche. L'iris est brun foncé chez le mâle, brun rougeâtre chez la femelle. Le bec est gris noirâtre, les pattes grises. Les juvéniles ne sont guère différents des adultes. Chez certains jeunes oiseaux, quelques plumes clairsemées sont infiltrées de gris pâle. Les iris sont brun pâle

Le dessous des ailes et de la queue est jaune clair. Il a un bec d'un gris très foncé, presque noir. Les deux sexes sont semblables quoique la femelle soit plus petite et que les yeux ne soient pas tout à fait de la même couleur : d'un brun tirant sur le rouge chez la femelle, sur le noir chez le mâle. C'est un animal bruyant aussi bien en vol, le matin et le soir lorsqu'il va se nourrir, qu'au repos.

Ce sont des oiseaux sédentaires vivant en grandes bandes en dehors de la période de reproduction dans toutes les régions boisées et surtout au voisinage de l'homme.

Il se nourrit essentiellement de baies, de graines, de fruits à coques et de racines. Son régime alimentaire est omnivore. Un animal perché au sommet d'un arbre est chargé d'assurer la sécurité du groupe pendant qu'ils se nourrissent.

En captivité, les mélanges de graines pour les perroquets sont les plus adéquats : millet, graines de tournesol, arachide…Vous pouvez également lui donner des fruits et des légumes tels que des pommes, des poires, des mangues, des carottes, de la salade et plusieurs autres aliments.

Les couples sont fidèles mais le gros problème de ce perroquet est l'agressivité du mâle envers la femelle qui peut aller jusqu'à la mort. La reproduction a lieu d'août à janvier dans le Sud et de mai à septembre dans le Nord. La femelle pond de un à trois œufs dans un nid fait par les deux parents dans une cavité d'un arbre. Les œufs sont couvés trente jours à tour de rôle et les jeunes restent au nid 60 à 70 jours avant de pouvoir voler. Ils resteront avec leurs parents pendant leur première année d'existence.

 

Le cacatoès à huppe orange

 


Sous-espèce du précédent, il ne vit que sur l'île indonésienne de Sumba. Il peut mesurer entre 34 et 40 cm. Il pèse dans les environs de 800 grammes maximum et possède une queue assez courte. Le plumage est entièrement blanc avec les joues, le dessous des ailes et de la queue jaune, ainsi qu’une huppe érectile orange qui fait toute sa beauté.. Il a une espérance de vie de 40 ans environ.

Il en existe plusieurs sous espèces :

-            - Le Cacatua sulphurea occidentalis,

-            -  Le Cacatua sulphurea sulphurea,

-            - Le Cacatua sulphurea parvula

-             - Le  Cacatua sulphurea citrinocristata.

C’est un oiseau très doux et très gentil et affectueux C’est aussi un oiseau très joueur qui a besoin d’attention. Il est très intelligent, et de ce fait a besoin de jouets qui puissent aider à le stimuler. Il donc très agréable à vivre et très attachant. C’est un oiseau qui aime la compagnie, même d’autres oiseaux d’espèces différentes. Il a tendance à ronger tout ce qui se trouve à sa portée : son bec a besoin de bouger sans arrêt. Attention, c’est un oiseau assez bruyant.

Le Cacatoès à huppe orange est adulte vers 6 ans. Il pond 2 œufs. Le mâle couve le jour, la femelle la nuit. Couvaison 28 jours.

 

Le Cacatoès Galah ou cacatoès rosalbin

 

L’Eolophus roseicapillus est un oiseau sociable et grégaire qui mesure entre 30 et 35cm et pèse environ 300 à 400 gr.

Le Cacatoès rosalbin est représenté par trois sous-espèces :

-    - Eolophus roseicapilla albiceps reconnaissable aux cercles oculaires blanchâtres peuplant la Tasmanie,

-        - Eolophus roseicapilla kuhli, aux cercles oculaires gris rougeâtre,

-       - Eolophus roseicapilla roseicapilla, aux cercles oculaires rosés.

La déforestation et la création de nombreux points d’approvisionnement en eau a permis à cet oiseau (tout comme le cacatoès à œil nu) d’étendre son aire de répartition. Le développement des cultures a, d’autre part, donné un tel garde-manger aux granivores qu’ils se sont grandement reproduit à un point tel que le cacatoès rosalbin est devenu « une véritable calamité » dans certains endroits d’Australie. Le cacatoès rosalbin est donc présent dans presque toute l’Australie à l’exception de l’extrémité de York ; il évite également les zones extrêmement désertiques et les forêts très denses. Il a, en outre, été introduit en Tasmanie.

Contrairement aux autres cacatoès blancs, il se caractérise par ses couleurs attrayantes et par le gris de son dos et de ses ailes. Ses pattes sont foncées et les doigts sont de couleur plus claire. Il a la huppe caractéristique des cacatoès qui est de couleur blanche chez cette espèce.

Le seul dimorphisme sexuel reconnaissable est la couleur de l’iris, marron chez le mâle et rouge chez la femelle à l’âge adulte.

Hors période de reproduction, cet oiseau est plutôt calme et ne présente pas de comportement agressif.

En raison d’une activité importante par de nombreuses acrobaties aériennes, sujet également à l’embonpoint, il est préférable de lui proposer une volière spacieuse, solide avec de nombreuses branches fraîches qu’il se délectera à grignoter, indispensables surtout en début de reproduction. Cet oiseau passe beaucoup de son temps au sol à chercher des graines et autres gourmandises.

En captivité, son alimentation se compose de mélange grandes perruches associé à un mélange perroquet mais le plus important reste fruits, légumes et végétaux. Quand les premiers signes de possible reproduction apparaîssent, il faut augmenter l’apport protéinique grâce aux graines germées de légumes et de maïs, à éviter cependant dans l’alimentation courante hors reproduction.

Le rosalbin atteint la maturité sexuelle vers 3 ans et peut vivre, en captivité, jusqu’à 60 ans.

En période de reproduction, la femelle peut devenir rapidement très agressive. Elle couve 3 à 4 œufs pendant 23 jours. Les petits restent au nid pendant 7 semaines, ils sont nourris par les deux parents.

 

Les eclectus

eclectus Roratus roratus femelle

Originaires du Cap-York en l’Australie et des îles Indopacifique (îles Salomon, Nouvelle Guinée, Indonésie), on ne compte qu’un seul genre mono-spécifique, l’Eclectus Roratus. Les eclectus sont de splendides oiseaux aux plumes fines et frisées, d’une extraordinaire combinaison de couleurs. L’eclectus mesure jusqu'à 37cm (varie selon la sous-espèce) et pèse 350 à 600g tout dépendant des sous-espèces.

On dénombre 9 sous-espèces actuellement connues :    

-       Eclectus Roratus roratus

-       Eclectus Roratus vosmaeri

-       Eclectus Roratus cornelia

-       Eclectus Roratus riedeli

-       Eclectus Roratus aurensis

-       Eclectus Roratus biaki

-       Eclectus Roratus polychloros

-       Eclectus Roratus solomonensis

-       Eclectus Roratus macgillivrayi

Surprenant dimorphisme chez ces oiseaux, le mâle est de couleur vert intense et possède des plumes rouges sous les ailes alors que la femelle présente, selon la sous-espèce, un mélange de rouge intense, de bleu, de pourpre ou de lavande.

eclectus Roratus vosmaeri femelle

Le corps est robuste, la queue courte et carrée. Le mâle et la femelle ont des pattes de couleur grise et présentent la particularité d’avoir les rémiges des ailes de couleur bleue intense sur le dessus et noires sur l’envers.

Sur la zone de la tête et sur les parties inférieures du corps,, le plumage, formé de plumes très fines entrelacées, donne à l’animal un aspect et une texture soyeuse faisant plutôt penser à des poils qu’à des plumes. C’est une autre particularité de cette espèce car la structure des plumes s’apparente à celle de certains loris.

En captivité, les eclectus sont de très bons parleurs et arrivent en 3ème position après le gris du Gabon et les amazones. Hors reproduction et s’ils ne sont pas effrayés ou apeurés, ces oiseaux sont relativement calmes ; sinon, ils peuvent émettre des cris stridents.

eclectus Roratus roratus mâle

Le régime alimentaire des eclectus est primordial ; il devrait se composer d’au moins 60% de fruits (pomme, papaye, mangue, melon, fraises, orange, raisins, kiwis, …) et de légumes (maïs, pois, carottes, céleri, brocolis, potiron, …). Rajouter aux légumes, du riz cuit ou des pâtes.

L’eclectus a une espérance de vie de 30 à 60 ans si correctement alimenté.

La maturité sexuelle se situe entre 2 et 4 ans. Pendant la saison des amours, la reproduction peut être stimulée par l'augmentation de la durée d'éclairage journalier. La femelle pond 2 œufs (parfois 3). La durée d'incubation est de 30 jours. Les petits sortent du nid au 75ème jour. Il faut compter de 45 à 60 jours pour que le jeune ait toutes ses plumes.

 

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© S.P.R.O. - SIREUIL