S.P.R.O. - SIREUIL
S.P.R.O. - SIREUIL

Nos coordonnées

S.P.R.O. - SIREUIL
24, grande rue

16440 - NERSAC


Téléphone : 05 45 90 65 20

 


Dernière mise à jour : 14/09/2019

 

Les maladies – les carences

 

Conseils divers et variés sur la marche à suivre pour garder nos oiseaux en bonne santé

 

Carence en protéines

 

Symptômes : paresse, plumage terne.

 

Ø Traitement : pâtée aux œufs – granulés pour chien trempés pendant 24 heures dans l’eau puis essorés et broyés. Dans les cas graves, recourir aux acides aminés :

-       Tryptophane qui agit sur la fabrication de l’hémoglobine,

-       Lysine qui stimule la croissance,

-       Méthionine qui agit sur les plumes et leur coloration.

 

Carence en minéraux et en oligo-éléments

 

Symptômes : œufs clairs, mortalité des jeunes, pâleur du plumage et des pattes è alimentation mal équilibrée.

 

Ø Traitement : revoir l’équilibre alimentaire de l’oiseau.

 

Rupture de sac aérien

 

Symptômes : blessures, le corps est en partie ou en totalité gonflé è manque de vitamines D.

 

Ø Traitement : retirer l’air en piquant avec une aiguille, donner de la verdure et des aliments riches en vitamine D.

 

Amibiase – Coccidiose

 

Symptômes : diarrhées, vomissements, l’oiseau avale beaucoup plus de sable que d’habitude.

 

Ø Traitement : sulfaguanidine ou chloroquine – 5ml par jour + boisson abondante contenant du perborate et du sel de santé.

 

Anémie

 

Mycoses internes – maladie parasitaire provoquée par des champignons microscopiques amenés par des graines moisies et des pâtées avariées.

 

Symptômes : bec ouvert, respiration difficile, diarrhées – on pense souvent, à tort, à l’asthme, l’animal est triste, les plumes sont ébouriffées, le cloaque est sale et les fientes sont gommeuses è affaiblissement rapide.

 

Ø Traitement : pendant 2 jours, une goutte de solution saturée d’iodure de potassium pour 30ml d’eau de boisson et augmenter petit à petit la dose jusqu’à 4 gouttes par 30ml d’eau ; traitement pendant 15 jours, puis suspendre pendant 1 semaine et reprendre pendant trois mois.

 

Prévention : graines fraîches, sans poussières, sans moisissure, pâtée fraîche, propreté.

 

Asthme

 

Avitaminose A è refroidissement, mycose des voies respiratoires.

 

Symptômes : respiration anormale, bruyante, sifflante et râle.

 

Ø Traitement : un peu d’Argyrol dans les narines et isoler l’oiseau malade. Traiter à l’iodure de sodium ou de potassium ; si on suspecte une mycose, traiter au chlorure d’ammonium. En revanche, si la cause semble être un refroidissement, traiter à la vitamine A.

 

Embarras gastrique

 

C’est la cause dans 90% des dérangements chez les oiseaux de cage.

 

Symptômes : oiseau mal à l’aise, ventre maigre, diarrhées, constipation, boulimie.

 

Ø Traitement : isoler l’oiseau malade et le traiter uniquement au pain et au lait pendant 2 ou 3 jours ; le pain est passé à l’eau afin d’éliminer la levure, il est alors essoré ensuite trempé dans du lait ; ATTENTION, il surit vite.

Après ce traitement initial, lui donner du sel de santé, éventuellement du Laudanum ou de la racine d’acore odorant dans son eau de boisson.

 

Diphtérie aviaire et variole

 

Ces maladies très graves et très contagieuses justifient à elles seules la quarantaine qu’il faut imposer à tout oiseau nouvellement acquis.

 

Cause : virus filtrant

 

Symptômes et lésions variables : souvent petites pustules autour des yeux ou de l’ouverture du cloaque, membrane jaunâtre dans les narines, essoufflement.

 

Ø Traitement : sel de santé et perborate de sodium dans la boisson, un peu de perborate également dans la pâtée avec un peu de miel. 2 fois par jour on soigne les pustules : d’abord les percer avec une aiguille passée à la flamme, ensuite badigeonner avec une solution à 3 ou 4% de nitrate d’argent, soit avec une solution à 20% d’argyrol, soit une solution saturée de permanganate, ensuite ou introduire dans les narines de l’argyrol à 10% ou fournir de la verdure en abondance, de la pâtée et un pot de terre noire de jardinier (celle-ci contient des organismes bactéricides). Enfin, on placera un auget contenant du charbon de bois.

Des petits fragments de charbon de bois préviennent beaucoup d’infections intestinales.

 

Dose pouvant être employée pour un oiseau tel que le canari

-       Aspirine                          jusqu’à 3mg

-       Permanganate                           12mg

-       Chlorate                                     12mg

-       Perborate de sodium                  30mg

-       Eau oxygénée commerciale : 5 gouttes peuvent être administrées dans le jabot.

 

Troubles du foie

 

Symptômes : taches noirâtres sous l’abdomen

 

Ø Traitement : sel de santé + quelques gouttes de Méthionine dans la boisson. Supprimer les graines oléagineuses.

 

Gale déplumante

 

Cause : parasite externe qui s’attaque aux plumes.

 

Symptômes : manchon blanc et cotonneux à la base de certaines plumes qui finissent par se rompre à un ½ cm de la peau.

 

Ø Traitement : badigeonner pendant quelques jours avec une solution HCH ou avec une solution aqueuse à 1% de fluorure de sodium ou avec une solution de 10gr de teinture d’iode et 1gr d’iodure de potassium dans 50ml d’eau. Egalement désinfecter la cage.

 

Bronchite – Coryza – Rhume – Pneumonie.

 

Cause : courants d’air, refroidissement mal soigné.

 

Symptômes : comme les humains, l’oiseau éternue, tousse et présente un suintement nasal.

 

Ø Traitement : ces maladies peuvent être confondues avec des maladies graves. Il est prudent de traiter au mélange de sel de santé et de perborate de sodium.

En cas de vrai rhume, isoler l’oiseau au chaud et appliquer un des traitements suivants :

-       3 gouttes de Whisky (canari) à 15 gouttes (perroquet) mélangées dans 50 gouttes d’eau, versées dans le bec avec un compte-gouttes, éventuellement quelques poussières de terramycine dans un peu d’eau.

-       Préparer une solution aqueuse à 2% sucrée de chlorure d’ammonium par 30ml de boisson.

-       Faire avaler une pilule contenant de sirop d’aconit ou autre et du sirop contre la toux.

-       Instiller dans les narines une solution à 90% d’argyrol ou à 2% de sulfate de cuivre.

 

 

Préparation des médicaments

 

Beaucoup de médicaments proposés sont solubles dans l’eau, leur administration est simple, on les dissout dans la boisson ou on les incorpore dans la pâtée.

Si l’oiseau ne s’alimente plus, si on désire une action rapide ou si le médicament a très mauvais goût, il faut donc introduire le remède par le bec dans le jabot, soit sous forme de pilule, soit avec l’aide d’une seringue dont l’aiguille est remplacée par un mince tuyau en caoutchouc, ce moyen suppose une préparation crémeuse fluide du médicament.

Pour réaliser une pilule, on broie le médicament en fine poudre, on rajoute de la farine, un rien de sucre en poudre et un rien d’eau de façon à obtenir une pâte dont on fait des petites boules de la grosseur d’une graine de navette ; la seringue et la pilule sont les deux seules manières d’administrer sulfamides, pénicilline, …

 

Les volumes

-       Une cuillérée à café = 5ml

-       Une cuillérée à dessert = 10ml

-       Une cuillérée à soupe = 15ml

-       20 gouttes font environ 1ml è donc une goutte = 0,05ml = 50mg d’eau.

 

Les doses

Pour un oiseau de la taille d’un canari è médicament quelconque = 1/1000ième à 1/500ième de la dose pour un homme.

 

Préparation d’un sable de santé A

 

On prépare un sable composé de 60% de coquilles d’huitres et de coquilles d’œuf stérilisées, de 38% de farine d’os et de 2% de sel marin.

Pour 10kg de cette composition (A), mettre :

-       12gr d’iodure de potassium (K1)

-       3 gr de sulfate de zinc (ZnSO4)

-       3 gr de sulfate de cuivre (CuSO4)

-       1 gr de sulfate de nickel (NiSO4)

On dissout les éléments ci-dessus dans ¼ de litre d’eau chaude que l’on verse ensuite sur le sable (A), de manière à obtenir un mélange bien homogène qu’on laisse sécher.

Chlorure de sodium : le sel de cuisine est nécessaire aux oiseaux en très petites quantités car ces oiseaux n’ont pas la faculté d’éliminer un excès par la transpiration ; il est préférable d’ailleurs d’employer le sel marin qui contient de l’iode et du magnésium.

 

Les huiles

 

Huile de foie de morue

 

Cette huile de belle couleur jaune paille et parfaitement limpide est très riche en vitamine A.

Elle possède un bon goût de sardine, elle contient des graisses très assimilables, des lécithines, du brome, de l’iode et du phosphore. C’est un reconstituant naturel de tout premier ordre, qui excite l’appétit, le fonctionnement rénal et tonifie de système nerveux. Complément indispensable à la nourriture de nos oiseaux de cage, on l’incorpore à la pâtée à l’œuf, la richesse d’une telle pâtée en fait un aliment qui ne doit être qu’occasionnel ; il faut de la mesure en toute chose, l’abus de cet aliment merveilleux conduirait à l’obésité et à des embarras gastriques et hépatiques.

 

Huile d’olive

 

Laxative et cholagogue, de loin la meilleure huile alimentaire pour les humains et les animaux. Cette huile sert également de liniment pour les plaies et les brûlures.

On l’additionne aux pâtées des oiseaux dans le but de fournir un complément de lipides végétaux.

 

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© S.P.R.O. - SIREUIL