S.P.R.O. - SIREUIL
S.P.R.O. - SIREUIL

 

Les mélanges

Selon l’oiseau à nourrir, les pourcentages de graines varient selon les éleveurs.

A titre d’exemple, voici un menu type préconisé par certains sérinophiles

-  pour les canaris de posture (Frisés, Yorkshire) :

·4 parties d’alpiste

·2 parties de niger

·1 partie de gruau

·1 partie de chènevis

·2 parties de millet blanc

·1 partie de navette

·1 partie de lin.

 

-  Pour les canaris de couleur, certains préconisent

 

·6 parties d’alpiste

·3 parties de navette

·3 parties de niger

·½ partie d’œillette

·½ partie de chicorée

·¼  partie de lin

·¼  partie de chènevis

·¼  partie de gruau

 

A cela, certains éleveurs conseillent d’ajouter un mélange de « graines de santé » à donner 2 ou 3 fois par semaine à raison d’une cuillérée à café par couple :

·1 partie de niger

·1 partie d’œillette bleue

·1 partie de chicorée

·1 partie de chardon

·1 partie de laitue blanche

·1 partie de lin.

 

-  Pour les exotiques :

·60% de millet blanc

·20% d’alpiste (ou millet plat)

·10% de moha ou millet de Hongrie

·5% de niger

·5% de navette

 

-  Pour les bengalis et Estrildinés :

·1 part de Millet de Bordeaux

·1 part de Millet blanc

·1 part d’alpiste

 

-  Pour les colombes, tourterelles et pigeons :

·40% d’orge

·20% de maïs

·20% de blé

·10% de féverole

·10% de pois

 

-  Pour les perruches ondulées :

·2 parties de millet blanc (le millet rouge est dangereux)

·1 partie d’alpiste.

 

-  Pour les inséparables :

·45% d’alpiste,

·8% de millet blanc,

·8% de millet jaune,

·8% de millet roux,

·5% de gruau d’avoine,

·4% de sarrazin,

·4% de riz paddy,

·4% de cardy

·3% de niger,

A part, des graines de tournesol à volonté et un peu de chènevis durant les accouplements.

 

Retour d’expérience : je ne donne que très peu de tournesol, car l’inséparable a tendance à prendre de l’embonpoint ; les mélanges spéciaux Agapornis (de Versele-Laga par exemple) n’en disposent pas. En revanche, pour lutter contre le froid l’hiver, je leur en donne dans une mangeoire à part.

 Attention au chènevis, c’est un excitant cardiaque.

 

Pendant le nourrissage des petits, leur donner du pain trempé ou de l’avoine décortiquée.

 

-  Les perruches australiennes :

Le mélange « idéal » serait :

·45% d’alpiste,

·8% de millet roux,

·8% de millet blanc,

·8% de tournesol,

·8% de millet jaune,

·5% de gruau d’avoine,

·4% de cardy,

·4% de sarrasin,

·4% de riz paddy

·3% de chènevis,

·3% de niger.

La composition du mélange que vous servirez devra se rapprocher le plus possible de ce mélange idéal.

 

-  Les perroquets :

Comme précisé précédemment, il faudra bien veiller à ce qu’ils mangent bien toutes les graines composant le mélange que vous leur donnez, en particulier si ce mélange est riche en tournesol.

De plus, pour les jeunes, le comportement alimentaire provient directement de la nourriture donnée par les parents au moment du nourrissage. D’où l’intérêt d’une nourriture variée.

Souvent, l’oiseau peut refuser un type de nourriture auquel il n’a pas été habitué. Il faudra utiliser des ruses et trouver le moyen de lui faire accepter en veillant à l’apparence de celle-ci.

Mélange perroquet :

·20% tournesol blanc,

·10% tournesol strié,

·20% riz paddy,

·8% cardy,

·4% sarrasin,

·3% dary blanc,

·10% mélange tourterelle

·25% mélange euphèmes.

 

Ce mélange peut être modifié selon les espèces. Pour les grandes espèces de perroquets, des arachides et des noix peuvent être rajoutées.

Malgré leur gros bec, les eclectus sont friands des petites graines données aux euphèmes.

Pour le nourrissage du cacatoès Rosalbin, il faudra privilégier les petites graines et donc un mélange pour grandes perruches (75%) associé à un mélange perroquet (25%) est plus profitable.

 

 

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© S.P.R.O. - SIREUIL